De la terre à la mer : les frères Barbedienne

Auffray (J.M.), « De la terre à la mer, les frères Barbedienne », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 115-4 | 2008, consulté le 30 décembre 2016.


Deux doris.
        Cet article analyse à une échelle micro-historique le passage de la terre à la mer d’une famille de paysans bretons. Durant les premières décennies du xixème siècle, cette famille s’enfonce progressivement dans la pauvreté. Cependant, sa situation géographique, en bordure de la baie de Saint-Brieuc, permet à trois garçons de trouver facilement une réponse provisoire et partielle à la précarité des revenus agricoles: l’embarquement saisonnier pour la grande pêche à Terre-Neuve. Assez rapidement toutefois, les circonstances et les nécessités les amènent à quitter définitivement la terre pour devenir pêcheurs puis marins. À partir de ce moment, formés par la grande pêche, ils participent aux différentes mutations de celle-ci : passage de Terre-Neuve à Islande, tentatives de diversification vers l’armement au commerce international. L’évolution ultime, dans la deuxième partie du siècle, amènera le plus jeune frère à participer à la lente migration des inscrits maritimes de Bretagne vers les grands ports de commerce alors en forte expansion. Les parcours des trois frères s’inscrivent donc dans l’évolution générale des pêcheries et du commerce breton au xixème siècle.

Traité général des pesches, Henri Louis Duhamel du Monceau, 1769.
Des Terre-neuvas anonymes, des frères ?


La suite de l'article ici !

***
        This article analyzes, on a microhistoric scale, the passage of a Breton peasant family from the land to the sea. In the first decades of the 19th Century, this family progressively slipped deeper into poverty although their geographic location, right on the bay of Saint-Brieuc, made it possible for three boys to easily find a temporary, partial answer to the insecurity of agricultural revenue: seasonal departures to fish on Newfoundland’s coast. However, circumstance and need quickly led them to leave the land permanently in order to become first fishermen, then sailors. From this moment onward, trained in sea fishing, they participated in its different transformations: passage from Newfoundland to Iceland, and attempts at diversification towards international trade. The last evolution, in the second part of the century, led the youngest brother to participate in the slow migration of the naval enlisted men of Brittany towards commercial ports, at that time rapidly expanding. The experiences of the three brothers thus fit into the general evolution of fisheries and Breton commerce in the 19th Century. 

Pour aller plus loin, ce lien (ici) particulièrement intéressant vers : Hersart de la Villemarqué (J.), La pêche morutière française de 1500 à 1950, statistiques, climat et société, IFREMER, Repères Océan n°11, 1995.


0