Actualité du jour

Dans la nuit et au petit matin du 12 août 1944 : libération de Nantes.

L'arrivée des troupes étasuniennes par la route de Rennes (très reconnaissable).
     La résistance nantaise à l'occupation nazie est bien structurée et bien renseignée, elle a connaissance d'un repli militaire sur Saint-Nazaire des troupes allemandes dépourvues de tout renfort. Pour l'heure, à l'aube de ce 12 août 1944, c'est la libération de Nantes qui est au centre des conversations pour les groupes de résistance. La Wehrmacht partie de la cité des ducs, pas un seul coup de feu ne se fait entendre pour prendre position. La ville est libérée et aucun Allié n'est intervenu, les Étasuniens de la colonne Patton venant de quitter Châteaubriant. Sans nouvelle d'eux, les résistants nantais s'inquiètent, Gavroche alias Victor Gonin, figure emblématique de la Résistance locale envoie un groupe de soldats ; le maitre mot : trouver les GI's et choisir préférentiellement ceux qui ont déjà participé à des déminages.

     Ainsi, la Libération ne fut heureusement pas sanglante à Nantes, ville française déjà martyr de cette guerre et naturellement hissée au rang de Compagnon de la Libération par le général Ch. De Gaulle (seules 5 communes sont distinguées de cet Ordre de la Libération dont Grenoble, Ile de Sein, Vassieux-en-Vercors...)

E.M
0