Question ludique du mois : citation

" Ni tout a fait terrienne ni tout à fait maritime : ni chair ni poisson, juste ce qu'il faut pour faire une sirène "

J. Gracq, La forme d'une ville, 1985.


Quelle ville bretonne est décrite ainsi par Julien Gracq ?


Indice 1 : Julien Gracq (1910-2007) a une identité angevine et ligérienne.

Indice 2 : vous êtes à la recherche d'une ville portuaire.

Indice 3 : cette ville est la plus peuplée de Bretagne !

***





















Les quais.
Reproduction, utilisation et modification interdites sans autorisation - Tous droits réservés - All rights reserved (art L.111-1 et L.123-1 du code de la propriété intellectuelle).


Réponse : Nantes !

        Julien Gracq saisit ici toute la crise d’identité de la ville de Nantes : port fluvial, port maritime, ou pas port du tout ? Depuis les débuts de la ville, des échanges se sont faits, par l’eau, sur l’eau. Nantes, bâtie au confluent de trois rivières, à proximité de l’océan, a construit sa richesse grâce à son fleuve.
        Cependant, la ville se rappelle l’importance du fleuve souvent uniquement lorsque celui-ci contrarie ses intérêts. Petit à petit, la Loire sera domptée par les hommes, bien qu’elle soit parfois encore qualifiée de « dernier fleuve sauvage d’Europe ». La ville s’est emparée du fleuve, le plus souvent pour des motifs économiques, que ce soit pour sauvegarder son accès à la mer ou désengorger son centre-ville. Mais la Loire a longtemps résisté à cette domestication, forçant le port à s’étendre jusqu’à Saint-Nazaire pour survivre, créant une ville à partir de presque rien ...



Pour en savoir plus :

ici : Talotte (L.), Nantes, la Loire et nous, Nantes, Mémoire, ENSA, DPEA architecture navale, 2014.


0