La seconde vie des viaducs des Côtes d'Armor

        De nombreux ponts et viaducs traversent le très vallonné département des Côtes d'Armor. À l'abandon depuis la fin des années 50, ces ouvrages d'art sont tour à tour réhabilités pour le plus grand plaisir des promeneurs et des cyclistes.

Le pont des marais à Erquy.

Le réseau secondaire le plus important de France
 
        Alors qu’au XIXe siècle la révolution ferroviaire est en marche dans toute la France, la Bretagne peine à y être intégrée. Ce n’est que 20 ans plus tard, en 1863, qu’une ligne Paris-Brest desservant Saint-Brieuc vit enfin le jour. Il faudra de nouveau 30 ans pour qu’un changement s’opère, qui bouleversera  tout le département. C’est l’ingénieur Louis Harel de la Noé qui sera en charge de la construction des nombreux ponts et viaducs qui viendront habiller le paysage local, très vallonné et longtemps déclaré impraticable. Dès lors, les chemins de fer des Côtes-du-Nord deviennent, avec leurs 452 kilomètres, le plus grand réseau ferroviaire départemental de France !

La suite : ici !

Pour en savoir plus :

Tiercin Aurélie, La seconde vie des viaducs des Côtes d'Armor, In Détours de France, 15/01/2016.


0