1817 : naissance d'un pionnier de l'aviation


         200 ans, jour pour jour que Jean Le Bris (prononcé " le brise ") est né à Concarneau. Quand il a 6 ans, ses parents s'installent à Douarnenez. Après ? Pas mal de zones d'ombre autour de cet homme et de ses exploits ! Connu aujourd'hui sous le nom de Jean-Marie Le Bris, de part les récits d'aventure de Gabriel de la Landelle, il signe et ne se fait pourtant appeler que par son premier prénom, voire par " John " (selon sa fille). Et puis, jusqu'à récemment, nous ne connaissions qu'un portrait de lui, un fusain - ci-contre - d'une seconde main réalisé par Henri Schneider, un artiste breton, à partir d'une photographie perdue. Si à 11 ans, à l'image de ses 4 frères, il devient mousse sur le lougre de son père : l'Hannibal, ce n'est certainement pas un homme peu cultivé, solitaire et autodidacte, contrairement aux arguments présents dans la biographie Jean-Marie Le Bris - Marin breton précurseur de l'aviation (datée de 1944), puisqu'une instruction complète conjuguée à de solides connaissances techniques transmis par sa famille d'armateurs et d'officiers, lui ont permis de réussir le brevet de maître de cabotage et d'occuper également la fonction de second-capitaine à 18 ans !

        En 1837, il effectue son service militaire en s'embarquant sur la corvette militaire l'Héroïne chargée de porter assistance aux baleiniers français, le jeune marin effectue alors un tour du monde de deux ans. Et comme G. de La Landelle, c'est en observant les grands oiseaux marins des mers australes, dont l'albatros, qu'il établit ses principales idées sur le vol et comprend que le battement d'ailes n'est pas constamment nécessaire pour se maintenir en l'air (les oiseaux peuvent planer), c'est le principe de la portance !

Gravure, Histoire naturelle de Buffon, Oiseaux, Tome VII, 1750.

        De retour en Bretagne, Jean Le Bris fabrique, teste, expérimente, assemble des prototypes d'une très grande complexité, jusqu'au milieu des années 1850. Entre 1857 et 1860 (et non en décembre 1856 comme le veut la légende erronée), il réalise un exploit mondial et historique : c'est le premier homme à s'élever dans le ciel à bord d'une " barque ailée " tractée par un cheval et lancée face au vent. Un envol au dessus d'un point de départ ! L'évènement se serait joué à partir des falaises de la plage de sainte-Anne la Palud, près de Tréfeuntec en Plonévez-Porzay. Plusieurs sources rapportent que cette première série d'essais de décollage se termine, pour l'inventeur, par une jambe cassée. D’autres Bretons se passionnent pour le sujet : Eugène Beleguic de Douarnenez et les frères Félix et Louis Du Temple de Brest... et il ne faut pas oublier les travaux des Britanniques : George Cayley, Samuel Henson.... La convergence de vue de ces hommes avec Jean Le Bris est évidente. Car il faut se replonger à l'époque où la Manche n’est pas un obstacle mais un lien véritable. Le train n’est arrivé à Quimper qu’en 1863. Auparavant et durant quelques décennies encore, il était plus facile et plus rapide pour un marin finistérien de se rendre en Angleterre qu’à Paris !

        Capitaine-armateur, Jean Le Bris est propriétaire et commande un sloop le Véloce mais l'homme persiste dans sa volonté de voler, bien qu'il soit considéré comme un notable fou. Vers 1867-1868, il met au point un second appareil : l'Albatros, plus grand et assez différent du premier. Le Finistérien réalise par la suite une nouvelle série d'essais, à partir de buttes, au port de commerce de Brest et à l'intérieur des installations de la Marine impériale dont il avait le soutien. Subsiste néanmoins 4 clichés de l'engin réalisés par le photographe brestois Pépin fils dont celui ci-dessous, parue dans Le Courrier de Bretagne parue en 1868.

Pépin fils, L'Albatros, rue de Siam, Brest, 1868.

        Mais au cours d'un essai, " l'aviateur " n'est pas à bord et l'engin, rendu plus instable, car manœuvré tel un cerf-volant par une trentaine de marins, est détruit. L'homme perd ses derniers soutiens et mécènes. Faute d'argent, Jean Le Bris est dans l'incapacité de reconstruire l'Albatros. Il renonce à ses rêves et est recruté par la police municipale de Douarnenez. Ce pionnier de l'aviation, ce " premier homme-volant du monde ", presque oublié par rapport aux frères Wright, ce précurseur breton de 54 ans est tué dans le cadre de ses nouvelles fonctions par des malfrats, le 17 février 1872.

Stèle en hommage à Jean Le Bris, Tréfeuntec, Sources internet.
Brevet d'invention déposé par Jean Le Bris en 1857.

***
        Jean Le Bris was a French sailor and sea captain who had observed the soaring flight of the albatross on trips around Cape Horn and the Cape of Good Hope. He was fascinated to see the bird floating and wheeling without any apparent exertion, its wings held apparently rigid. Le Bris killed one of the soaring wonders and experimented with its wing. He thought he detected a quality to the wing's interaction with the air which he termed "aspiration." Between 1857 and 1860 he had constructed the first of two large relatively lightweight gliders based closely on the proportions and configuration of the albatross. His next attempt came in late 1867 or early 1868 at Brest, where he had raised funds to build the second Artificial Albatross, which was almost a duplicate of the first with the exception that it was somewhat lighter and carried a weight meant to provide some additional stability. But the machine was severely damaged. So ended Jean Le Bris career as a sailor of the air.

Pour aller plus loin :

DE LA LANDELLE (G.), Dans les airs, Paris, 1884.
PESLIN (C.Y.), Jean-Marie Le Bris - Marin breton précurseur de l'aviation, Paris, 1944.
MAZEAS (M.), J-M. le Bris et les débuts de l’aviation en Bretagne, In Armen n°6, Douarnenez, pp. 22 à 37, décembre 1986.
ici, LE ROY (T.), Les mystères du premier vol, 2006.
                        , Les Bretons et l’aéronautique des origines à 1939, Rennes, 2002.
                       , Jean Le Bris, Ses recherches n'étaient pas du folklore, in Le Fana de l'aviation, n° 415-416, juin-juillet 2004.
                      , Les pionniers de l'aviation, des origines à la première guerre mondiale, In Armen, n° 149, nov-déc 2005.
ici : HAUTEMULLE (G.), Le Finistérien Jean-Marie Le Bris, pionnier de l'aviation, Ouest-France, 22.03.2017
ici : 100 ans d'aviation, documentaire traitant des suites de l'aviation (celle "motorisée"), 1 h 46.


0