1995 : " Lady bigoude " rejoint le Panthéon des stylistes

       De Rennes à Quimper, en passant par Londres, celle qui se faisait appeler Val Piriou, a connu, à partir des années 1980, une vive réussite, hélas éphémère, en Grande-Bretagne, en Allemagne, en Italie et au Japon. Peu connue du public français, cette discrète jeune femme pourtant douée, cultivée, à la créativité débordante et avant-gardiste, a su trouver un équilibre entre ses influences classiques - elle a étudié aux Beaux-Arts - punk et bretonne. Cette étoile filante de la haute couture, qui aura habillé Madonna, M. Jackson... et des silhouettes dans la rue, s'éteint en Bretagne, selon son souhait, fauchée par le SIDA à seulement 31 ans.


        C'est en 1986 dans la capitale anglaise que Val Piriou se lance dans la création de sa propre marque. Son premier défilé, au cours duquel elle présente une collection de maillots de bain, est organisé au Limelight, night-club situé dans une église désaffectée (136th Shaftesbury Av). Par ailleurs, nombre de ses créations réactualise les formes et les motifs traditionnels du costume breton. Outre-Manche, " la presse est enthousiaste et n’hésite pas à promouvoir cette jeune styliste française. Victor Huan, photographe chinois et coqueluche des magazines de mode, séduit par l’originalité de sa collection, lui prépare même un book-photo en noir et blanc. Tout aussi enthousiaste, le prestigieux magasin Harrods, lui passe une commande importante de maillots de bain et lance la marque VAL PIRIOU. " 1987 : le succès de la styliste ne faiblit pas, elle continue dans sa lancée avec la création d’une ligne de lingerie " after beach ". Cette dernière collection est fortement remarquée pour l’utilisation de broderie en arabesque de style breton. Ce succès la pousse à continuer la diffusion de ses best-sellers, appréciée par la clientèle anglaise, française, allemande et américaine.

        Très vite, la styliste se fait connaître pour ses vêtements à la fois sexy et confortables. Caractéristique de ses collections, le zip au curseur rond, élément de modernité, est très présent dans sa production ; il évolue très vite en un curseur triangulaire rappelant le V de Valérie.

      " Mes vêtements sont sexy, non pas pour le plaisir des hommes, mais pour la confiance des femmes en leur corps. Pour les Anglais, les vêtements de Piriou ont une touche sexy à la française. "
Val Piriou, Elle, mars 1990.



        À partir de 1989, l’image de la marque franco-anglaise s’affirme davantage [...] et le chiffre d'affaire ne cesse de croitre. Le travail de la coupe et le choix de matières avant-gardistes caractérisent sa production haute-couture et prêt-à-porter très dense. Val Piriou mise en effet sur un pari audacieux : proposer fourrure, gabardine, stretch, Lycra, Lurex, paillettes de bois, raphia et vinyle. Le défilé du 14 octobre 1990 à Londres remporte un énorme succès médiatique et commercial. Sur une scène [...] étaient présentés 150 modèles défilant au rythme donné par un orchestre de Jazz. Cette collection éblouissante présente de nouveau des vêtements aux matériaux spectaculaires : billes de bois, dentelle de corde, raphia et plastique, où chaque vêtement est traité telle une sculpture. Consécration anglaise, elle est nommée " innovative designer of the Year " - équivalent du dé d’Or - au Royal Albert Hall en 1990.


        1991 s’avère être une année majeure dans la carrière de Val Piriou. Après avoir clos le défilé de la collection Automne/Hiver à Londres par une robe de mariée en toile de cuivre-robe choisie par Pedro Almodovar pour le film Action mutante d’Alex de la Iglesia, Val Piriou termine la collection Printemps/Été par un défilé de néo-bigoudènes au Carré du Louvre à Paris. Le final présente une série de modèles inspirés des costumes traditionnels bretons : réinterprétation du gilet breton, ornementation de galons, coiffes en plastique et gants en crochet.

        Et puis, elle n’hésite pas non plus à se tourner vers des marchés nouveaux et surtout vers le marché japonais pour pallier la crise économique présent dans le milieu de la mode en 1992. [...] Le style Val Piriou plaît et convient bien à ces femmes à l’affût d’une mode européenne originale et raffinée. Pour cette clientèle, elle adopte un style plus romantique avec des robes aériennes en crépon et dentelle. Ce style " petite fille " remporte un vif succès. Tout au long de sa brève carrière, la " Lady Bigoude de la haute couture ", n’a eu de cesse d'innover en demeurant attachée à sa terre natale, source de son inspiration.


Pour aller plus loin :

ici : Val Piriou, Lady bigoude de la haute couture, exposition aux Champs libres, Musée de Bretagne, Rennes, 2010. Les passages cités émanent de cette source.
ici : Présentation vidéo de l'exposition Val Piriou (ibid.).
Sexy but never vulgar Val Piriou designer have made Gallic glamour, (The Guardian, août 1990.


0