5 avril 1971 : "le manifeste des 343".

     1971, 5 avril, 343 femmes du monde des arts et des lettres déclarent avoir eu recours à l'avortement : en publiant leur manifeste, Le Nouvel Observateur mis fin à l'hypocrisie collective.
"Un million de femmes se font avorter chaque année en France. Elles le font dans des conditions dangereuses en raison de la clandestinité à laquelle elles sont condamnées, alors que cette opération, pratiquée sous contrôle médical, est des plus simples. On fait le silence sur ces millions de femmes. Je déclare que je suis l'une d'elles. Je déclare avoir avorté. De même que nous réclamons le libre accès aux moyens anticonceptionnels, nous réclamons l'avortement libre." 343 femmes souscriront au texte bref qu'a rédigé l'auteur du Deuxième sexe, Simone de Beauvoir.
     "On n'aperçoit guère de moment, dans notre histoire récente, où l'initiative collective portée par la presse ait cristallisé de pareille façon l'aspiration à une nouvelle liberté, ait poussé si efficacement les pouvoirs publics à légiférer" J.N. Jeanneney. Pour mémoire, en 1943, une "faiseuse d'anges" fut guillotinée pour avoir été reconnue coupable de 27 avortements. Outre l'auteur du manifeste Simone de Beauvoir, brillent au premier plan les noms de Catherine Deneuve, Dominique Desanti, Marguerite Duras, Gisèle Halimi, Ariane Mnouchkine, Jeanne Moreau, Micheline Presle, Françoise Sagan et bien d'autres romancières, journalistes, comédiennes notoires.

     "La suite des évènements donne la mesure d'un retentissement. La prise de conscience provoquée de la sorte prépare l'opinion au procès de Bobigny, qui voit, en 1972, acquitter une jeune femme de 17 ans ayant avorté à la suite d'un viol, puis la création du Mouvement pour la liberté de l'avortement et de la contraception (Mlac) en 1973 et enfin, en point d'orgue, à la promulgation, à l'aube du septennat de Valéry Giscard d'Estaing, en janvier 1975, de la loi Veil autorisant l'interruption volontaire de grossesse."

A voir la vidéo synthétique ci dessous :

E.M
0