Les toiles bretagnes dans le commerce franco-espagnol de 1550 à 1830

Martin (J.), « Les toiles bretagnes dans le commerce franco-espagnol de 1550 à 1830 », Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest [Article complet ici], 119-1 | 2012. Consulté le 03 février 2016.



L'exportation des toiles bretagnes de 1751 à 1788.

        Pendant plus de trois siècles, le tissage du lin a constitué l’une des spécificités du centre de la Bretagne. Si, à l’origine, cette production était principalement destinée aux foires castillanes, l’intervention des Malouins et des Vitréens, à la fin du XVIème siècle, a permis de pénétrer les marchés de l’Amérique espagnole. Cette nouvelle orientation a provoqué une augmentation des productions régionales et, en 1686, les toiles dites bretagnes représentaient plus du tiers des tissus français exportés vers la péninsule ibérique. Le commerce interlope malouin lié à la guerre de succession d’Espagne et la disparition momentanée du système des flottes et des galions ont été autant de facteurs qui ont favorisé la croissance de la production régionale au cours du XVIIIème siècle. 




        Toutefois, après 1779 et l’imposition de nouveaux droits de douane sur les importations françaises, la manufacture des bretagnes a connu une crise profonde. Ultérieurement se sont ajoutées les ruptures politiques qui ont affecté les relations franco-espagnoles, de même que l’accession à l’indépendance des colonies d’Amérique latine. Tous ces éléments négatifs ont eu raison d’une activité séculaire et ils ont plongé la zone toilière dans la misère, favorisant les débuts de l’émigration.


PLAN


Par Bilbao, l’intégration de Nantes au commerce castillan
L’intrusion malouine dans le commerce andalou
 
Un espace proto-industriel
Une bourgeoisie locale sous influence
 
La période d’affermissement 1660-1698
Le commerce interlope 1698-1720 
Trois décennies agitées, 1720-1750
1751-1788, de la suprématie à l’effondrement
 
Les causes externes
Les causes internes




***

        For more than three centuries, linen was one of the specialities of Central Brittany. If, at the beginning, this production was destined for fairs in Castile, the involvement of the merchants from Saint-Malo and Vitré, at the end of the 16th century, allowed them to penetrate the markets of Spanish America. This new need entailed an increase in regional production, and, in 1686, cloths called “bretagnes” accounted for over a third of French fabrics exported to the Iberian peninsula. The direct – and somewhat illegal – exportations by the Saint-Malo merchants during the War of the Spanish Succession and the temporary disappearance of “La Carrera de Indias” were two factors leading to the increase of regional production during the 18th century. However, after 1779 and new customs duties on French imports, the “bretagne” manufacture went through a deep crisis. Afterwards came the political ruptures affecting Franco-Spanish relations and the new independence of the Latin American colonies. All these negative elements meant the end of a century old activity and reduced Central Brittany to destitution, leading to the beginning of emigration.



Pour aller plus loin :

ici : 10 février 1712, naissance d'un gentilhomme manufacturier breton, 10 février 2013. Concernant une autre zone près de Rennes.

Martin (J.), Toiles de Bretagne. La manufacture de Quintin, Uzel et Loudéac, 1670-1830, Rennes, 1998

Lespagnol (A.), Messieurs de Saint-Malo. Une élite marchande au temps de Louis xiv, Saint-Malo, 1990, p 419.
Priotti (J.P.), Saupin (G.), (dir.) Le Commerce atlantique franco-espagnol. Acteurs, négoces et ports (xvème-xviiième siècle), Bonchamp-lès-Laval, 2008.
Priotti (J.P.), « Nantes et le commerce atlantique : les relations avec Bilbao au xvième siècle », Annales de Bretagne et des Pays de l’0uest, 1993, t. 100, p 265-281.
Tanguy (J.), « L’exportation des toiles de la France de l’Ouest en Espagne dans la seconde moitié du xvième siècle », dans Sanchez (J.P.), (dir.), Dans le sillage de Colomb, Rennes, 1992.




Les marchands de Vannes obtiennent la possibilité d'exporter ces toiles en 1740 --->

0