Mémorial national des marins morts pour la France

Face à l'océan, la stèle poignante du sculpteur breton René Quillivic traduit la tristesse et la douleur d'une femme endeuillée.
Reproduction, utilisation et modification interdites sans autorisation - Tous droits réservés - All rights reserved (art L.111-1 et L.123-1 du code de la propriété intellectuelle).

        A l'extrême ouest du Finistère, face à la mer d'Iroise, le monument national consacré à la mémoire des marins " Morts pour la France " a été érigé en 1927 à l'initiative de l'amiral Émile Guépratte (1856-1939), député du Finistère. Le cénotaphe des victimes civiles et militaires est installé à l'intérieur d'un sobre fortin du XIXème siècle fait de granit, de verre et de métal. Le sol sombre, ourlé de lumière, cette crypte moderne où sont énumérés les bateaux de guerre, de commerce et de pêche coulés renforcent le sentiment de recueillement et rappellent la solidarité de la communauté des gens de mer. Ce sont des tombes collectives accueillant encore les souvenirs de familles.

Portraits gravés sur le mur ...
Reproduction, utilisation et modification interdites sans autorisation - Tous droits réservés - All rights reserved (art L.111-1 et L.123-1 du code de la propriété intellectuelle).

        Les parois de trois petites pièces reçoivent, au gré des donations, les photographies disposées sans priorité, chronologie ni hiérarchie (les grades n'ont plus d'importance dans la mort de ces hommes et femmes). Les portraits sont parfois officiel, d'autres plus personnels - extraits d'archives familiales - sont émouvants, à l'image de photos de mariage, d'un père avec son nouveau-né. Les visages, les regards complètent peu à peu le grand album qui permettra la transmission de leur mémoire de génération en génération.

Reproduction, utilisation et modification interdites sans autorisation - Tous droits réservés - All rights reserved (art L.111-1 et L.123-1 du code de la propriété intellectuelle).
A gauche, en gros plan, vous reconnaitrez H. d'Estienne d'Orves (1901-1941), officier de marine capturé à Nantes puis exécuté en 1941.
Reproduction, utilisation et modification interdites sans autorisation - Tous droits réservés - All rights reserved (art L.111-1 et L.123-1 du code de la propriété intellectuelle).
A l'étage, sur le toit du fortin avec le phare de la pointe Saint-Mathieu dans le dos.
Reproduction, utilisation et modification interdites sans autorisation - Tous droits réservés - All rights reserved (art L.111-1 et L.123-1 du code de la propriété intellectuelle).
Le fortin aujourd'hui cénotaphe. Merci à M.G pour sa photographie.
Reproduction, utilisation et modification interdites sans autorisation - Tous droits réservés - All rights reserved (art L.111-1 et L.123-1 du code de la propriété intellectuelle).
La colonne de René Quillivic.
Reproduction, utilisation et modification interdites sans autorisation - Tous droits réservés - All rights reserved (art L.111-1 et L.123-1 du code de la propriété intellectuelle).


" L'âme de nos marins plane sur l'Océan, 
Je l'ai vue ce matin sous l'aile d'un goéland. "
F. Breizirland'





        Deux membres de la famille Menou sont présents sur les murs de ce cénotaphe (biographies détaillées en cliquant sur les liens rouges). Tous deux originaires de l'Île de Sein, ils avaient rejoint la France Libre du général De Gaulle dès 1940.

- Jean-Marie Menou, 28 ans, pêcheur, mort en août 1944 à Audierne et,
- François Menou, 19 ans (!), dernier enfant vivant de Marie Salaün. Matelot timonier de l'Alysse (corvette de la France Libre coulée par un U-Boot (ici) au large de Terre-Neuve en 1942), il est porté disparu.

Jean-Marie et François Menou.
Reproduction, utilisation et modification interdites sans autorisation - Tous droits réservés - All rights reserved (art L.111-1 et L.123-1 du code de la propriété intellectuelle).


Pour en savoir plus :

ici : visite virtuelle du mémorial des marins morts pour la France / National memorial to sailors who gave their lives for France / Monument broadel ar var toloded maro evid ar Vro.


0