Question ludique du mois : Japonais en Bretagne

Pour quelle raison peut-on trouver 5 tombes japonaises dans le carré militaire du cimetière de Kerfautras ?



Indice 1 : le cimetière de Kerfautras se situe à Brest, port militaire et de commerce.

Indice 2 : ces tombes datent du début du XXème siècle.

Indice 3 : dans ce cimetière reposent également 1.100 soldats français et 121 soldats allemands.

Indice 4 : le Japon était un allié de la France jusqu'à la Seconde Guerre mondiale.

Indice 5 : sous chaque nom est gravé l'inscription " Nagatamaru "

***



Deux des tombes présentes au cimetière de Kerfautras. Sources internet.




















Réponse : le Nagatamaru, cargo japonais, a coulé au large d'Ouessant le 30 novembre 1916 causant la mort de 7 marins japonais (2 disparus n'ont pas de tombe).




        Pendant le premier conflit mondial, le Japon et la France étaient en effet alliés. Cette alliance datait de 1900 et avait été consolidée après l'envoi d'un corps expéditionnaire français en Chine lors de la Guerre des Boxers. Or des soldats français étaient morts pour le Japon. Leurs tombes rapatriées à Nagasaki demeurent encore de nos jours entretenues par des Japonais.

Drapeau de la marine impériale du Japon jusqu'en 1947.
        En août 1916, le cargo Nagatamaru avait appareillé du port de Kobé afin de venir ravitailler la France en riz. Le pays subissant une guerre sur son territoire était en proie à des épisodes de disettes, son allié avait alors envoyé des vivres à bord de centaines de cargo comme le Nagatamaru. Après trois mois de traversée, ce dernier devait rallier le port du Havre, mais il a été torpillé par le sous-marin allemand UB-39, à 40 miles au nord d'Ouessant. 39 marins seront secourus par un torpilleur français. Ce même jour, le sous-marin sera à son tour coulé au large de Roscoff.


        Le 16 juillet 2014, un vibrant hommage aux 5 marins japonais morts pour nourrir la France a été rendu à Brest, au cimetière de Kerfautras en présence de représentants de l’État français, de membres d'associations français et japonais et du ministre auprès de l'ambassadeur du Japon en France Jun Saito. Ce dernier a d'ailleurs déclaré à cette occasion : 

" Les marins du Nagatamaru reposent en paix dans ce coin de Bretagne qui ressemble beaucoup à leur pays natal. On sent toute la force des liens qui unissent nos deux pays. "



Épilogue :

        Au Japon, les exportations de riz provoquèrent entre juillet et septembre 1918 une inflation puis de graves troubles (connus sous le nom des "Émeutes du riz"). Ils seront à l'origine de la chute du gouvernement Masatake.


Pour en savoir plus :

MacPherson (W.J.), The Economic Development of Japan 1868–1941. Cambridge, 1995.
ici : Matsunuma (M.), Historiographie japonaise de la Première Guerre mondiale, Les Cahiers de Framespa, 8 | 2011. Consulté le 30 octobre 2015. 
Miyagawa (H.), Les gars de la marine japonaise, in Courrier international, page VIII, n° 1289, 16-22 juillet 2015. 
ici : Méchin (D.), Les aviateurs japonais engagés dans l'aéronautique militaire française.



0