Le Château du Tertre sur les bords de l'Erdre

Pelouses, rives de l'Erdre, un décor sympathique qui profite aux étudiants des campus proches (derrière les arbres). La photo est prise durant les vacances, en juillet.
Reproduction, utilisation et modification interdites sans autorisation - Tous droits d'auteur réservés - All rights reserved (art L.111-1 et L.123-1 du Code de la propriété intellectuelle).

        Ce château nantais, situé sur le campus du Tertre (facultés de lettres, sciences humaines et sociales, droit et économie, langues, école centrale...), a été construit entre 1858 et 1889 selon les volontés de Gabriel Lauriol, négociant et armateur, adjoint au maire, républicain modéré, conseiller général et président de la Chambre de Commerce. Les Nantais lui doivent également l'aménagement de bâtiments de service et de trois fermes sur le domaine du Tertre, la construction de l'hippodrome du Petit-Port, à deux pas du château.

        Selon l’inventaire fait après le décès de Gabriel Lauriol en 1889, sont répertoriés dans le château : un piano palissandre qui envahit le salon, des cabinets de toilette jouxtant presque toutes les chambres et dans lesquels on trouve des bassins en zinc, des séchoirs, et autres tables de toilette… un secrétaire en cerisier, une commode en acajou au dessus de marbre, une garde robe, forment quelques autres pièces du luxueux mobilier. Et surtout, les motifs chinois, la profusion du bronze et du damas marquent la singularité du salon, de la salle de billard... de sa demeure. Enfin, trois juments composent l’écurie, qui comprend, en outre, un landau, un coupé, un omnibus, un petit duc, et de nombreux harnais.

        Enfin, les différents recensements offrent un aperçu de la composition du foyer. Outre la famille, un certain nombre de domestiques assurent l’intendance de la maison : cocher, cuisinière, femmes de chambre, bonnes d’enfant. Et pour assurer l’éducation de ses filles, les préceptrices étrangères se succèdent, la plupart du temps d’origine allemande ou anglaise et protestantes suivant l’inclination de sa femme.


Source : Biographie de Gabriel Lauriol, Archives municipales de Nantes, Consultation 17/12/2016.




0