Léon Durocher barde breton et auteur d'un immense succès mondial.


  
      Sur l'Île Beaulieu, à Nantes, le nom énigmatique d'une ruelle retient mon attention. Qui était donc ce barde breton ? Après quelques recherches dans les dictionnaires, les livres et l'internet, je m'aperçois rapidement que le panneau était encore une fois mal orthographié. Ce n'est pas Léon du Rocher mais Léon Durocher ! Sans commentaire...

     Né en 1862 dans le Morbihan d'un père allemand, Léon Durocher de son vrai nom Düringer, fait ses études à Nantes au lycée de Nantes (actuel lycée Clemenceau) puis à La Sorbonne. En 1890, il décide de se consacrer à la littérature et à l'écriture de chansons.

     Attaché à sa région de naissance, il développe des liens poussés avec l'importante communauté bretonne installée dans l'ouest de la capitale. Il est ainsi l'un des fondateurs de l'Association des Bretons de Paris. En 1899, au congrès celtique international à Cardiff, il est investit comme barde de Bretagne, preuve de son excellente maitrise du breton. A partir de 1910, il est aussi directeur du Fureteur breton, bulletin documentaire indispensable à tous ceux qu'intéressent les choses du pays d'Armor.

     Sylviculteur passionné, il a fait croître une demi-douzaine de pins sur des rochers marins et s'est, de ce fait, bombardé « Conservateur des forêts d'Ouessant ». 

Dessin de Léon de Bercy.


     Sa très forte personnalité irrite et il finit souvent par se brouiller avec ses amis. Pendant le premier conflit mondial, il subit de vives attaques personnelles par des journaux rivaux. Il est soupçonné d'être un traitre, un individu à la fibre plus allemande que bretonne. Ses succès en justice n'y feront rien, il reste fortement ébranlé et meurt avec son fils en 1918 de la grippe espagnole.

Pour ceux qui ne connaissent pas cet immense succès d’Édith Piaf avec un texte de Léon Durocher :


Il est également l'auteur du texte L'angélus de la mer mis en chanson par Gustave Goublier :



E.M

0