L'usine marémotrice de la Rance : une première mondiale ! (1/2)



      L’idée d’exploiter l’énergie marémotrice avec des moulins à marée sur les côtes atlantiques de France, d’Espagne et de Grande-Bretagne remonte au XIème siècle. La puissance récupérée étant modeste, puisque seul le reflux (lorsque le bassin se vidait) permettait une production d’énergie, ces moulins suffisaient néanmoins à faire fonctionner des pompes. A l’époque contemporaine, l’utilisation à plus grande échelle date de 1966 avec la mise en fonctionnement de l’usine de la Rance. 


     La Rance est une rivière bretonne longue de 100 Km au débit très faible. Sa vallée s’élargit progressivement en aval de Dinan et forme un golfe ramifié, entaillé dans un plateau de 50 à 70 mètres d’altitude. Cet estuaire est de dimensions importantes (22 Km²) dû à l’invasion par la mer à l’ère tertiaire d’une vallée encaissée.

L'usine marémotrice de la Rance. Photographie EDF.


Le fonctionnement
"Lorsque la marrée est montante, l'eau remplit le bassin de retenue situé derrière la digue. Dès que la marrée a atteint son plus haut niveau, les vannes dans la digue sont fermées. On attend alors que le niveau de la mer ait suffisamment baissée, de façon à avoir une certaine hauteur de chute en direction du large. L'eau fait tourner les turbines qui entrainent à leur tour les alternateurs. Limité au simple effet de la marrée, le temps de production serait d'environ de 2 h par jour [...] (avec le procédé inventé), la production d'électricité est possible 4 heures par jour voir 5h 30 grâce au système de pompage."
Source : EDF, L'usine marémotrice de la Rance 15 ans après, 1981, p 3.



      Cette usine de 750 m de long et de 27 m de haut fonctionne à la fois au flux et au reflux pour une puissance de 240 MW. De plus, le temps de fonctionnement est optimisé (2 000 h/an) avec un accroissement de la hauteur de la chute et d'un système de pompage. Au final, l'usine marémotrice produit 500 kWh/an, assez pour approvisionner une ville de 300 000 habitants (une petite idée : pop de la commune de Rennes : 206 000 habts ; pop de Saint Malo + Dinan + Dinard : 110 336 habts). En comparaison, les autres usines marémotrices existantes sur la planète sont plus petites : celle d'Annapolis au Canada ne produit que 20 MW, celle de Kislaya en Russie seulement 0,4 MW !


Les conditions d'installation d'une centrale marémotrice restent malgré tout assez contraignantes, il faut :
- des marées de fortes amplitudes (min 10 m en vive-eau moyenne),
- un site qui permet la construction d'une digue de fermeture, digue ne devant pas en plus réduire l'amplitude locale évoquée précédemment,
-  un réseau interconnecté palliant l’intermittence de la production d'électricité inhérent à toute usine marémotrice,
- des investissements de départ et des coûts d'entretien élevés causés par la corrosion des matériaux par l'eau de mer.


Pour aller plus loin :

ici, Épisode 2 : l'usine marémotrice en vidéos.
Londres veut se doter d'une usine marémotrice géante. Article du Figaro du 29.01.2009.
MERENNE-SCHOUMAKER (B.), Géographie de l'énergie, Acteurs, lieux et enjeux, Péronnas, 2007. Très bon bouquin, très aisé à comprendre et à analyser.

H.M

2